Le Blog de notre Tour du Monde

Ubud

3 jours à ne rien faire dans la même ville suffisent à nous lasser.

La cheville de Délina est toujours gonflée et elle ne marche toujours pas sans béquilles mais nous décidons quand même de retourner voir ce qu’il se passe à Bali et plus exactement à Ubud, point central de nos prochains périples.
Encore un nouveau moyen de transport à notre actif, le ferry. Pas moins de 4h de traversée que nous aurions pu faire en “fast boat” mais pour plus du double du prix. image
Nous voilà donc de retour sur l’île en forme de poule. Si si, regardez par vous même et vous verrez qu’elle a même pondu un œuf!
Le trajet vers Ubud se fait en mini-bus avec de la musique balinaise à fond les ballons. Cela nous met en condition pour les spectacles balinais que nous voulons voir.
Les 2 premiers jours nous restons tranquilles à notre charmante guest house ou ils restaurent leur temple. Leur dextérité est assez impressionnante. En un rien de temps ce balinais vous fait une sculpture au scalpel.

imageimage

Puis nous allons faire un tour au marché d’Ubud qui est soit disant le mieux de Bali. imageNous trouvons toujours un peu les mêmes choses sur les étals et nous nous arrêtons pour acheter 2 sarong pour pouvoir entrer dans les temples sans avoir à en louer. Bon il faut être honnête, ce ne sont rien d’autre que des paréos.
Nous prenons les nôtres avec des têtes de Barong, les dragons balinais. Un gars une fille, un bleu un rose!
Et nous arrivons en scooter et béquilles à la monkey forest. Inutile de vous expliquer ce qu’on y trouve… Les singes ici mangent toute la journée, nourris de régimes de bananes, de maïs et d’ignames donnés par les touristes pour les faire monter sur leur tête ou simplement les approcher.image Délina qui a déjà à moitié peur des chats, n’est pas très rassurée et les béquilles n’aident pas. Certains singent montrent les dents en les voyant.
Kévin a lui aussi sa mésaventure. Un singe un peu fourbe lui saute sur le sac à dos pour lui faire les poches. Il attrape le seul truc qui dépasse, le poncho de Kévin acheté au Machupicchu. En fait le singe lui a rendu service car il ressemblait plus à un sac poubelle. Kévin tente une approche pour le récupérer et là, grimpé sur sa branche, le poncho entre les dents, le singe pisse dessus. Sur le poncho pas sur Kévin… Un employé du parc arrive à le récupérer mais nous lui disons qu’il n’est pas à nous!image
Le lieu est très verdoyant avec son temple, sa piscine sacrée et son pont de lianes. image
Journée bien remplie, Délina commence à fatiguer, rapatriement à notre bungalow pour un peu de repos avant de partir pour le Ubud palace, prêts pour notre 1er spectacle balinais, le “Labong and Barong dance”. imageCostumes flamboyants, gestes saccadés, mains gracieuses, expressions du visage très marquées, des yeux qui roulent, des musiciens tout de bleu vêtus, une belle histoire, une vrai magie.image

Le lendemain nous avons finalement réservé un tour au lieu de louer une voiture.
Nous commençons par le “Royal family temple” soit le “Pura Taman Ayun”. Pura signifie temple et comme dans tous les temples il est interdit d’y pénétrer si vous mesdemoiselles êtes en période de menstruation. imageC’est l’un des temples les plus importants de Bali construit en 1634 ou résidait la famille royale Mengwi. Lieu apaisant avec ses statues et ses hautes tours, des “meru”, qui symbolisent les montagnes balinaises. Le plus haut meru avec ses 11 toits représentent le Mont Agung, la montagne la plus haute de Bali que nous verrons plus tard. Le temple est construit autour d’un bassin ou flotte des lotus. Tout cela inspire la sérénité. image

Nous allons ensuite dans une plantation de café. Pas besoin de cafetière chez eux, ils mettent directement une dose dans leur tasse, puis l’eau chaude, attendent un peu que ça infuse et hop. Nous comprenons maintenant pourquoi Kévin se retrouvait toujours avec du marc dans son mug. Le must est le café de caca de mangouste appelé le Kopi Luwak, en haut sur la photo. Les animaux, les luwak, se nourrissent des cerises de caféier dont les noyaux se retrouvent dans leurs excréments après une sorte de fermentation qui favorise leur arôme.  Ces noyaux lavés et moulus se retrouvent dans vos tasses. Ce processus en fait l’un des cafés les plus chers. Pas si mauvais au final.

image

Nous arrivons à ce que nous voulions voir, le temple “Pura Ulun Danu Bratan”, construit sur le Lac Bratan au 17ème siècle pour la déesse des eaux Dewi Tanu. Cet ancien cratère qui s’est rempli d’eau se trouve à 1000m d’altitude. Le temple est au bord du lac mais il y a plusieurs années il était vraiment entouré d’eau. Seulement, les Balinais prennent l’eau du lac pour irriguer leur champ de riz donc le niveau de l’eau a fortement baissé. Mais ça reste magnifique. Une cérémonie s’y déroule. Les adultes comme les enfants sont vêtus de leurs plus beaux costumes. Quant à nous, comme dans tous les autres temples, nous portons notre sarong.

imageNotre guide nous dépose pour déjeuner dans un attrape touriste ou la vue fait grimper le prix du buffet qui n’a rien d’exceptionnel. imageLa journée se termine par une visite de coopérative de peintures. Interdit de prendre des photos à l’intérieur mais il n’y avait pas vraiment de tableaux à nos goûts. imageLe lendemain nous craquons notre budget pour un cours de cuisine balinaise. Première étape, le marché ou nous goûtons de nouvelles saveurs.Cela passe aussi par aussi par la découverte de nouveaux fruits. imageIl n’y a pas un truc qui cloche près de cet étal de viande?imagePuis un passage dans les rizières pour apprendre la culture du riz.imageLa pousse et la récolte se font trois fois par an pour du riz blanc et deux voire une fois pour les autres riz. À part pour le repiquage des plants, notre guide nous informe que tout se fait de plus en plus avec des machines. Ce qui doit être un grand soulagement pour eux car le travail en rizière est très pénible et celui du battage du riz l’est aussi.

Nous arrivons enfin aux cuisines. La maison est très charmante et nous sommes accueillis avec un petit cocktail citronné très rafraîchissant. Nous sommes assez nombreux mais la propriétaire nous fait oublier ce détail avec son humour et son savoir faire. imageLe cadre n’y est pas pour rien non plus. Nous passons un bon moment et surtout nous mangeons formidablement bien!!! Mais patience, vous verrez les petites merveilles que nous avons cuisinées et dégustées dans un prochain article…

image

Le soir un peu de détente avec un autre spectacle ancestral de Bali, le Kecak Ramayana. Un peu compliqué pour les photos car la seule lumière présente est le feu central de cette danse. Et un peu plus particulier à regarder que le premier spectacle que nous avons vu mais n’oublions pas qu’à la base le Kecak est un rituel qui s’accompagne de transe. Il fut sorti de son domaine sacré en 1930. Pas d’instrument de musique cette fois mais seulement les voix des hommes qui entourent le feu. À force d’entendre ce chant très répétitif fait de “cak cak cak” nous comprenons pourquoi ils entrent en transe. Le clou du spectacle est un homme qui explose un tas de braise faite de noix de coco et marche dessus. Étant au premier rang il fallait faire attention de ne pas se prendre un bout de braise incandescente.image

Encore un tour organisé aujourd’hui, avec Agun et le même couple de français qui nous accompagnait avant-hier.
Premier arrêt à “Goa Gajah” soit la cave de l’éléphant. Aucun éléphant par ici mais après avoir pénétré dans la gueule du monstre, parcouru 10m tête courbé dans un couloir, nous arrivons dans une cave sombre et humide où se trouve une statue de Ganesh, le dieu à tête d’éléphant. C’est le dieu de la sagesse mais aussi de l’intelligence, de l’éducation et de la prudence, le patron des écoles et des travailleurs du savoir.

image

image

Il y a aussi un temple avec une statue de Buddha détériorée par le temps mais trop de marches pour y accéder pour Délina donc nous n’y allons pas. Nous regardons les balinais travailler à plusieurs mètres de hauteurs assis sur des bambous en guise d’échafaudage. Ce temple n’a rien d’extraordinaire.image

Deuxième arrêt au “Pura Tirta Empul” soit le “Holy temple”. Ce temple, construit en 964, est dédié à Vishnu, dieu de la création, du temps.image
C’est samedi, une ribambelle d’enfants plonge dans ces grands bassins sacrés pour y prier. On y trouve les habituels petits paniers d’offrandes avec l’encens. Délina tente une prière pour sa cheville. La voici toute habillée avançant avec précaution dans l’eau mélangeant pétales de fleurs et poissons. imageQuelques ablutions à la fontaine et la tête sous le robinet, plus qu’à attendre le miracle.imageEn voiture tout le monde et arrêt à un Lookout pour une vue assez impressionnante sur le mont Batur, volcan qui culmine à 1717m. imagePuis déjeuner/buffet vue sur une rizière en terrasse encore plus belle mais cette fois on ne se fera pas avoir. Délina va parler au guide en disant qu’on ne déboursera pas les 120 000 roupies par personne, ce qui habituellement est notre moyenne pour un repas pour 2. Un employé du restaurant se mêle à la conversation et temporise en baissant le prix. Nous payons finalement 190 000 roupies pour deux, bouteilles d’eau incluses. Ça reste cher mais pas si mal comme négociation et le couple qui nous accompagne est ravi! Admirez plutôt la vue…image

 Et cette chauve-souris qui a fait de l’arbre situé à l’entrée du restaurant son nichoir. imageDernière étape de notre journée et pas des moindres, le Pura Besakih, le plus grand et le plus vénéré de Bali, situé sur le flanc du Mont Agung. Il est dédié aux trois plus grandes divinités hindoues : Brahma, Vishnu et Shiva..

image

image

Il est composé de 23 temples. Notre chauffeur nous prévient qu’il faut refuser tous les guides. Chose que nous appliquons jusqu’à ce qu’on veuille monter les marchés menant au temple. Arrêtés dans notre élan par un autre”guide” mais lui se dit gardien du temple. Comme par hasard il y aurait une cérémonie et nous n’aurions pas le droit de monter sans être accompagné par un référent du temple. Il ne demande pas d’argent pour se faire payer mais juste une offrande à hauteur de ce que nous voulons mais nous demande au préalable ce que nous comptons lui donner. Evidement le prix ne lui convient pas et nous partons dans des négociations pour le moins désagréables, le ton monte… Nous finissons par trouver un arrangement tout en ne sachant pas si ce qu’il nous dit est vrai, nous voyons juste des grands panneaux à l’entrée qui pourraient prouver ses dires. Bref… Au final la visite est très intéressante et nous apprenons beaucoup de choses sur le Bouddhisme. Celui que nous visitons, le Pura Penataran Agung est construit en terrasse sur 6 niveaux. Comme toujours nous y trouvons des meru allant de 3 à 11 toits, des castes les plus basses au plus hautes, mais toujours avec un nombre de toit impair.imageEt, me direz-vous, que sont toutes ces croix gammées qui décorent ce meru? Ne vous méprenez pas ce ne sont pas des croix gammées nazi. Hitler s’en est inspiré pour représenter la race aryenne mais a tourné la sienne de 45 degrés et en a donné une image plus que négative. Ici on parle de swastika, symbole retrouvé dans de nombreuses cultures depuis des siècles, çe qui en fait un symbole universel. Nous allons sûrement le revoir plusieurs fois au cours de notre voyage. Etymologiquement cela veut dire bien-être. Ce symbole a une signification plus ou moins différente dans chaque religion mais elle reste toujours positive. Excepté que dans l’hindouisme quand les barres sont orientées vers la gauche, le symbole est alors appelé sauvastika et représente l’involution, la destruction.

Nous assistons aussi à des prières etdes cérémonies funéraires ou les familles se recueillent. Après la crémation, qui purifie l’âme via le feu, les cendres des défunts sont jetés à la mer pour pouvoir se réincarner.  Quand nous quittons le temple une cérémonie se termine.

imageUn dernier tour dans les rizières et nous pourrons dire que cette escapade à Ubud aura été des plus riches donc trakass pa zot.

imageimage

4 Comments

  1. Patoche

    Magnifique, on en prend plein les yeux !
    Pourtant le titre de l’article ne laissait pas prévoir de telles merveilles.
    Bravo à zot deux pour cette nouvelle part de rêve.
    Et bravo à Délina, maintenant tu sais cuisiner sur un pied, comme un grand Chef.

    Bonne continuation…
    Bises.

  2. Annie et Jean-Mi

    C’est la belle Vie ( sauf que Délina à ds béquilles ) Ah ! un singe ta volé ton paréo ( c ‘ vrai que ct pas beau ) Plus de café alors Vs allez ns faire la cuisine Pour la viande chacun à sa façon de se servir Alors Délina le miracle s”est produit !!! Il y a trop de choses à vs dire Comme toujours c’est génial de vs lire è de voir ces belles photos ces spectacles Ca donne envie Bravo pour tout donc nu trass pa nou Gros Bisous à zot 2

  3. Lulu sister

    Définitivement sans regret pour le poncho!!
    Vous faites de trop belles photos.
    Sinon pour des gens qui ne font rien c’est quand même pas mal!;)
    Gros bisous.

  4. Véro & Sylvain

    Les photos sont magnifiques!!! Le cours de cuisine façon le globe cooker super j’adore!!
    Profitez de tous ces moments!
    Bisous à vous 2
    Véro & Sylvain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020 trakass pa zot

Theme by Anders NorenUp ↑

Trakasspazot Copyright © 2020 trakasspazot.com. All Rights Reserved Délina Pierre & Kévin Petit 
Warning: Use of undefined constant on - assumed 'on' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/2/d535874779/htdocs/app535874793/wp-content/plugins/fantastic-copyright-free/fantasticcopyrightfree.php on line 135
Premium WordPress Plugin