Le Blog de notre Tour du Monde

New Delhi épisode 1 नई दिल्ली

Nous voici en Inde. Atterrissage 21h30, on récupère nos sacs et on file vers le métro qui nous amène directement à New Delhi Station, non loin de Praha Ganj, quartier où nous chercherons un hôtel. Il est clair que ni les aéroports ni les métros de chaque pays ne sont représentatifs de ce que nous verrons à l’extérieur…image

Première rencontre avec un indien qui nous indique que le métro s’arrête à la station juste avant la notre et qu’il vaut mieux que nous prenions son taxi pour aller directement à l’hôtel et éviter 4 km de marche… Ben voyons! Arrivés au métro, évidement tout fonctionne parfaitement. 23h à New Delhi Station pourtant on se croirait à Châtelet un samedi après-midi. Grosse sollicitation des ricksaws, taxis et rabatteurs d’hôtel. Un sympathique indien nous en indique un et nous prévient que nous sommes le 1er octobre et qu’une fête commence demain. Et le 2 octobre n’est autre que l’anniversaire de Gandhi.
Les négociations pour le prix de la chambre sont difficiles et à 23h30 dans un quartier populaire d’un  nouveau pays, nous ne sommes pas trop en position de force…ça viendra…

Première mission du lendemain, acheter les billets de trains pour tout notre séjour. C’est le moyen de transport numéro 1 en Inde. Avec des millions de voyageurs par jour, il faut s’y prendre en avance pour avoir un billet. Les indiens sont quasi tout le temps sur liste d’attente et pour éviter ça aux touristes ils ont instaurés des quotas par train. Donc direction la gare… Sauf que… Le gentil monsieur de l’hôtel nous indique l’office de tourisme officiel indien qui pourra nous aider à planifier notre itinéraire et réserver les trains. Accueillis comme des princes, ils sont très efficaces, ils nous planifient tout jour par jour en moins de deux. On nous offre un thé et on nous indique la modique somme de 350€ par personne tout inclus. On se rend compte que l’office de tourisme officiel (inscrit noir sur blanc sur la porte) est en fait une agence de voyage. Un peu de temps de perdu mais rien de méchant…pour l’instant.
Après déjeuner, petit marché et on se dirige vers un observatoire. On rencontre un sympathique étudiant prêt à nous indiquer l’office de tourisme officiel. Bien sûr encore une agence. On décide d’arrêter les conneries et de nous rendre à la gare pour acheter nos billets. Sur le trajet, encore une gentille personne qui nous indique une agence comme soit disant “l’International Tourism Bureau” ce que nous cherchons depuis le matin, sauf qu’il s’agit de “l’International Tourism Booking”. On rentre, on sort. Et là un fonctionnaire, carte à l’appui, nous indique le vrai bureau. 3ème thé de la journée, on perd patience. Toutes les personnes croisées au hasard et soit disant bienveillantes nous on indiqué un faux bureau…les commissions doivent être intéressantes. On finit par arriver à la gare et à acheter 7 billets pour 12000 roupies contre environ 50000 en agence… Ça commence bien les arnaques indiennes.

Le lendemain, city tour de Delhi avec chauffeur privé réservé pour un bon prix dans une des agences visitées la veille. Sans doute, voulaient-ils nous mettre en confiance pour mieux nous vendre un tour du Rajasthan…dommage pour eux. La visite est sympa et le guide aussi, bien qu’un peu trop bavard à notre goût.
Nous commençons par Jama Masjid soit la grande mosquée de Delhi superbement revêtu de grès rouge et de marbre blanc. imageCommencée en 1650, elle a demandé 6 ans de construction et 5000 ouvriers. Elle peut accueillir jusqu’à 25000 personnes ce qui en fait la plus grande d’Inde. imagePour y entrer, toutes les femmes n’ayant pas les jambes et les bras couverts doivent mettre une blouse et c’est un peu un supplice avec la chaleur qu’il fait.image
Du haut du minaret de 40m nous avons une belle vue de Old Delhi, le quartier de la mosquée.imageimage

Nous pouvons aussi observer le fort rouge au delà d’une des portes de la mosquée. imageLe mur d’enceinte que nous voyons fait 2,5km de long et mesure de ce côté ci plus de 30m de haut. Ce fort est immense mais nous préférons ne pas le visiter et se réserver pour celui d’Agra…en voici tout de même l’entrée.image
Ce qui nous laisse plus de temps pour la suite. Nous voilà au Ugrasen ki Baoli.image image

Architecture atypique pour ce lieu qui fait tout de même 60m de long et qui n’est autre qu’un réservoir d’eau maintenant squatté par les pigeons et les écureuils. La fraîcheur de ce lieu est très agréable. Nous y restons un petit moment à discuter avec notre guide.image
Vient maintenant le temps de la balade avec le jardin Lodi qui se trouve aussi être un sanctuaire. Il y a la tombe de Sikander Lodi, le deuxième souverain de la dynastie des Lodi qui régnât sur le sultanat de Delhi de 1489 à 1517, succédant à Bahlol Lodi, son père et fondateur de la dynastie Lodi.

image

image

 

 

 

 

 

 

Ibrahim Lodi, fils de Sikander Lodi, tué par les moghols lors d’une bataille en 1526, est donc le dernier sultan Lodi. C’est Sikander Lodi qui déplaça la capitale de l’Inde à Agra. Ils étaient musulmans et très respectueux des autres religions.

Et la tombe de Mohammad Shah qui dirigea l’Empire Moghol en Inde entre 1719 et 1748, année de son décès et 109 ans avant que les britanniques ne renversent définitivement l’empire Moghol.

image

image

Puis nous arrivons au monument central, le Bada Gumbad construit pendant le règne de Sikander Lodi.

imageIl a laissé les historiens perplexes car il ne comporte aucune tombe. L’autre hypothèse est qu’il aurait été érigé comme passage vers la mosquée du même nom construite en 1494. Le même problème se passe avec Seesh Gumbad dont les noms des défunts enterrés restent toujours inconnus mais des historiens auraient avancé que Bahlol Lodi y reposerait. imageSeesh Gumbad signifie dôme de verre car la moitié supérieure du dôme était recouverte de mosaïque bleue.image

Après un bon déjeuner végétarien nous allons au temple Laxminarayan, aussi connu sous le nom de Birla Mandir car construit par la famille Birla comme une dizaine d’autres temples en Inde. imageIl aura fallut 8 ans de travaux qui se termineront en 1939. Date à laquelle il fut inauguré par Mahatma Gandhi qui a demandé à ce que l’accès au temple ne soit pas réservé aux hindous. Nous avons donc le droit d’y pénétrer mais on nous prend chaussures et sac à dos. L’intérieur est flambant de couleurs et comprend nombre de sanctuaires dédiés à Vishnu et Lakshmi. Les temples latéraux sont dédiés à Krishna, Shiva et Bouddha. Vous pouvez remarquer des Swaskita bien présentes sur toute la façade du temple ainsi que le mantra ॐ prononcé Om ou aum. On la nomme aussi udgitha ou pravana mantra. C’est  une syllabe sanskrite que l’on retrouve dans plusieurs religions : l’hindouisme, le bouddhisme, le jaïnisme, le sikhisme, et le brahmanisme. Elle est considérée comme le son originel, primordial, à partir duquel l’Univers se serait structuré. imageLe jardin est aussi très agréable et les familles s’y regroupent pour discuter.image

Nous terminons notre journée en passant devant l’india Gate qui a un faux air de l’Arc de Triomphe et la large avenue qui nous y mène fait penser aux Champs Elysées.

image

image

Nous ne voyons que de loin le parlement indien qui n’est pas accessible aujourd’hui pour cause de démontage de tribune. Nous n’en saurons pas plus…image

Suite à cette journée à arpenter Delhi nous remarquons qu’il n’y a quasiment pas de touristes. Ce qui n’est pas un mal pour nous.
Mais nous remarquons aussi que les femmes indiennes dans les rues sont beaucoup moins nombreuses que les hommes, une bonne représentation du ratio de leur population. Il manquerait 43 millions de femmes en Inde. Pour vous donner une idée il y aurait 910 femmes pour 1000 hommes. Ce qui fait pencher la balance n’est pour le moins pas naturel.
Une dote de mariage coûte 100 fois plus cher qu’un avortement.
Avoir une fille n’est pas de bonne augure pour une famille indienne et les foeticides féminins sont toujours d’actualité bien que les médecins n’aient plus le droit de révéler les sexes des enfants lors des échographies et que l’avortement soit bien évidement interdit.
Mais ce manque de femmes a un impact tout aussi grave sur le pays, l’accroissement du nombre de viols. Ou tout du moins une réalité mise à jour par le nombre croissant de plaintes. Les regards des indiens sur Délina sont insistants et leur donnent un gros côté pervers. Il est clair qu’elle ne se baladera pas toute seule ici.
Un manque affectif que les hommes essayent peut être de combler en étant tactiles entre eux. Ils marchent bras dessus bras dessous ou se tiennent la main comme nous le ferions entre amoureux. Alors qu’il n’est pas pensable de le faire entre hommes et femmes.

Et des différences culturelles nous n’avons pas fini d’en croiser dans ce pays plus que particulier. Mais trakass pa zot, on est là pour ça.image

3 Comments

  1. Annie et Jean-Mi

    C’ est peux etre beau l’ Inde mais c’est un pays qui me dit rien !!!! C un peu comme Djibouti ls hommes ce tenaient la main aussi !! Profirez bien è Gros Bisous à zot 2

  2. annick

    c’est peut etre beau mais pas rassurant bisous

  3. Patoche

    Vishnu, Lakshmi, Krishna, Shiva, Bouddha ont tous le même slogan :
    – Indien vaut mieux que deux tu l’auras ! 🙂
    Mais tant qu’ils ne végètent à rien.

    Bonne route, on est avec vous au moins par l’esprit.
    Bises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020 trakass pa zot

Theme by Anders NorenUp ↑

Trakasspazot Copyright © 2020 trakasspazot.com. All Rights Reserved Délina Pierre & Kévin Petit 
Warning: Use of undefined constant on - assumed 'on' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/2/d535874779/htdocs/app535874793/wp-content/plugins/fantastic-copyright-free/fantasticcopyrightfree.php on line 135
Premium WordPress Plugin