Le Blog de notre Tour du Monde

Nasca

Sortie de bus à Nasca en soirée. Nous cherchons quelqu’un que nous ne connaissons pas qui doit nous emmener dans un hostel que nous ne connaissons pas. Bonjour l’organisation!

C’est le fameux Alfredo qui nous a réservé une chambre. Mais comme partout des rabatteurs viennent discuter avec nous et cette fois-ci c’est Esteban, qui ne parle pas trop mal français, qui nous propose une chambre. On décide de faire faux bond à Alfredo car l’hôtel est moins cher et l’autre type n’est toujours pas là au bout de 10min.

Direction “Plaza de armas”, Estaban nous propose d’organiser notre journée du lendemain monnayant plusieurs dizaines de dollars, mais on décide de s’organiser tout seul avec nos petits Soles. 2 barquettes de salchipapas, en gros des knakis avec des frites, et au lit.

 

image

image

 

 

 

 

 

Le lendemain nous allons à l’office de tourisme pour savoir comment s’organiser pour les lignes de Nasca et le cimetière de Chauchilla. L’un se fait en bus et l’autre en taxi via la Panamerica Sur. Il faut savoir qu’au Pérou il y a beaucoup de faux taxis et certains d’entre eux peuvent vous emmener dans des coins reculés pour vous voler vos affaires. Donc méfiance. Un flic nous propose d’appeler un taxi officiel et c’est parti pour le cimetière.

Le cimetière de Chauchilla abrite des tombes de 2m de profondeur de la culture pré-Inca.image
Attention âmes sensibles s’abstenir…
Ici pas de corps en décomposition mais des momies bien conservées dirigées vers la montagne.
Ou du moins ce qu’il en reste car près de 800 tombes ont été pillées de leurs pots en céramiques, tissus, bijoux ou statuettes en métal par les huaqueros, laissant les momies à l’abandon.
Il y a des tombes familiales, des tombes avec des bébés décapités (sacrifice) ou non et celles qui contiennent des objets montrent l’importance de la personne qui s’y trouve. imageLes cadavres sont vidés de leurs entrailles, bourrés de coton et enterrés habillés en position fœtale.
Quant à leurs cheveux longs, devenus des dread, nous ne savons pas s’ils avaient un caractère sacré ou esthétique. Notre taxi/guide nous dit qu’ils auraient continué à pousser après leur mort…mouais…image
Après cette parenthèse très gaie, nous nous dirigeons vers les fameuses lignes de Nasca.

Le circuit typique touristique pour voir les lignes est de prendre un petit avion car elles s’étendent sur 50km et leur taille va de 25 à 275m.
Mais trop cher pour nous (c’est aussi un peu dangereux, on recense quelques crashs).
C’est donc perchés sur un mirador en tôle de 15m, que nous voyons 2 dessins: “El arbol”, l’arbre et “Los manos”, les mains.image
imageimage

 

 

 

 

C’est après 20 bonnes minutes de marche seuls dans le 2ème désert le plus aride de l’Amérique du Sud que nous découvrons les autres lignes au musée de Maria Reiche.

C’est une archéologue allemande qui les a étudiées pendant toute sa vie et fait prendre l’importance qu’elles ont maintenant. Les lignes ont été découvertes seulement en 1927. L’aridité, le gypse contenu dans le sol et l’absence de végétation ont permis de conserver ces vestiges. Leur utilité la plus probable serait qu’elles servaient de calendrier astronomique et d’autres disent qu’elles seraient d’ordre religieux…

Un autre mirador plus tard et nous devinons seulement les dessins de Palpa car le soleil n’est pas à notre avantage.

image image

 

 

 

 

Plus vieux de 1000 ans, ils datent de la période Paracas. Ils sont beaucoup moins touristiques et beaucoup plus petits. Le bonhomme fait 30m et la petite fille en haut à droite fait 15m. A gauche on distingue une princesse et à droite un bébé décapité puis un enfant. Ils ont été restaurés car les péruviens marchaient dessus ou y roulaient en quad sans savoir ce qu’ils avaient sous les pieds. Le site est maintenant protégé. Les lignes de Nasca sont d’ailleurs classées au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1994.

Un peu d’histoire pour se situer :
Paracas : -700 à +200
Nasca : +200 à +500

Maintenant on est hyper culturés donc trakass pa zot!image

3 Comments

  1. Erwan

    Vous ne voulez meme pas tenter un faux taxi. Avec les multiples cachettes que Kevin a sur lui (ceinture avec coffre fort, porte feuille ventral et couteau en plastique pour se defendre, y a aucun risque.
    Et l’aventure alors 😉
    “n’a point d’risk qu’nou trakass”

  2. Patoche

    Gardez la ligne.

  3. Élie Baboo

    Bravo pour vos images.
    Bonne route.
    Des bises à vous deux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020 trakass pa zot

Theme by Anders NorenUp ↑

Trakasspazot Copyright © 2020 trakasspazot.com. All Rights Reserved Délina Pierre & Kévin Petit 
Warning: Use of undefined constant on - assumed 'on' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/2/d535874779/htdocs/app535874793/wp-content/plugins/fantastic-copyright-free/fantasticcopyrightfree.php on line 135
Premium WordPress Plugin