Le Blog de notre Tour du Monde

Amritsar ਅੰਮ੍ਰਿਤਸਰ

Et hop 24h de train pour arriver dans l’état du Punjab, sans compter l’heure d’attente à la gare due à un retard.

Nous sortons de la gare tout endoloris et Délina malade. Amritsar semble être une grande ville donc à priori pas trop notre truc. Nous commençons par une sieste puis des pizza Hut! Seulement Kévin en profite car l’estomac de Délina ne peut rien ingérer. Dommage, pour une fois qu’on pouvait manger “normalement”. Nous avons rendez-vous à 14h30 en bas de l’hôtel avec Georges, un Singapourien rencontré dans le train. Nous partageons un Rickshaw avec lui et deux indiens pour nous rendre à la frontière entre l’Inde et le Pakistan ou un grand show a lieu pour la fermeture quotidienne. imagePas de sacs à dos ni sacs à main autorisés, palpations, fouilles, vérification des passeports et nous pouvons nous installer dans les gradins réservés aux étrangers à cotés de ceux réservés aux hommes indiens puis ceux pour les femmes indiennes. La foule est présente et d’ailleurs plus que du côté Pakistanais. C’est à celui qui mettra sa musique la plus forte. Il y a même une batterie et un chauffeur de gradin! imageDe notre côté ça commence avec une course des enfants portant chacun un drapeau en direction du portail représentant la frontière. imagePuis telle une relève de garde les soldats défilent sur les cris d’un homme au micro. Cela se veut sauvage et défiant les pakistanais. imageLe soleil se couche sur cette étrange coutume et nous arrivons au temple d’or. Et là…nous en restons sans voix. C’est absolument magnifique.image Le temple, dont le dôme est recouvert de feuilles d’or, se reflète dans l’eau sacrée de l’Amrit Sarovar qui signifie bassin de nectar et qui a donné son nom à la ville. Nous en faisons le tour mais l’appétit de Kevin arrivant, nous décidons de quitter Georges et de revenir au temple le lendemain pour en explorer tous les recoins.

Le lendemain ça n’est toujours pas la joie pour Délina mais nous allons quand même faire un tour au Jallianwala Bagh ou des horreurs ont eu lieu le 13 avril 1919. imageDix mille indiens s’étaient réunis pour essayer de mettre fin à l’emprise des britanniques sur leur pays en manifestant dans cet endroit qui était alors entourés de hauts murs et d’une seule porte de sortie. Les soldats anglais ont alors ouvert le feu et ont fait 319 morts et 1200 blessés sur 2400 balles tirées. Une vrai tuerie d’où personne ne pouvait s’enfuir. Ce monument fut érigé en mémoire aux centaines de morts, tout comme cette flamme éternelle. imagePuis nous passons devant la tour Gurdwara Baba Atal qui porte le nom d’un petit garçon au destin tragique. Les neufs etages reflètent ces 9 années de vie. En 1628 Atal se serait ôté la vie après avoir rendu celle à un de ses amis qui s’était fait mordre par un serpent. Son père n’accepta qu’il discute les volontés de Dieux et Atal prit les réprimandes trop à coeur.

image

image

Retour au temple d’or que nous découvrons de jour. Il ne perd rien de sa splendeur même vu de l’extérieur.

image

image

 

 

 

 

 

 

Nous nous engouffrons dans l’interminable queue qui mène au cœur du temple pour y découvrir le Livre Saint, le Guru Granth Sahib. imageDes centaines d’indiens y passent tous les jours pour y prier. Les billets de 10 roupies coulent à flot. Nous découvrons avec surprise que la musique que nous entendions autour de la piscine provient en fait d’un chanteur et de musiciens assis en communion dans le temple au milieu de prieurs.

imageimage

imageDe son vrai nom Harmandir Sahib, le temple est le centre spirituel et culturel de la communauté Sikh. Les Sikh croient en un dieu unique, le créateur. La prière, la gentillesse, les bonnes actions doivent peupler leur vie. En plus d’être végétariens, ils doivent suivre la règle des 5K : le Kesh ou l’interdiction de se couper cheveux et barbe, le Kangha, un peigne qu’ils doivent toujours avoir dans leur cheveux, le Kirpan soit un poignard, mais aussi un bracelet en fer appelé Kawra et un caleçon appelé Kacchera.

image

Puis nous nous rendons dans les cuisines du temple. Ici des repas sont offerts tous les jours 24h/24 à tout le monde. Il n’y a que des bénévoles et c’est appelés par l’un d’eux que nous mettons la main à la pâte. Kévin distribuent les assiettes et Délina les bols pour le Chaï.image Pendant une bonne heure nous avons vu passé plus de 200 indiens. Le bénévole nous dit qu’ils servent 60000 repas par jour. Au vu de l’état de Délina nous ne tenterons pas l’expérience de la nourriture mais nous passons tout de même voir la cantine. Puis il y a l’atelier épluchage et celui de la vaisselle et enfin les robinets de Chaï.image Tout ça est très bien organisé et nous semble assez dingue au final. La nourriture est sûrement achetée avec toutes les offrandes reçues dans le temple. Nous ressortons une bonne heure et demi plus tard, contents d’avoir donné un coup de main et nous retrouvons le temple sous d’autres couleurs. imageEn tout cas c’était beau à voir donc trakass pa zot.

2 Comments

  1. Patoche

    Là, ce coup là, je meurs… de jalousie !
    Ça fait des années que je suis fan de la relève de la garde du poste frontière de Wagah.
    Je l’ai vue des dizaines de fois à la TV ou sur le net et je rêve d’y assister un jour en vrai.
    Merci à zot 2 pour cette piqûre de rappel.

    Bises.

    • trakasspazot

      Merci pour le rappel du nom, je l’ai omis dans l’article! C’est assez particulier à regarder quand même… Tu verras bientôt les autres photos, mais elles ne sont pas si bien que ça je trouve. Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020 trakass pa zot

Theme by Anders NorenUp ↑

Trakasspazot Copyright © 2020 trakasspazot.com. All Rights Reserved Délina Pierre & Kévin Petit 
Warning: Use of undefined constant on - assumed 'on' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/2/d535874779/htdocs/app535874793/wp-content/plugins/fantastic-copyright-free/fantasticcopyrightfree.php on line 135
Premium WordPress Plugin